Réflexions

Think tank

J’ai passé mon dimanche à tanker.

Pour les non initiés, je joue un rôle de tank dans les épreuves de groupe dans mon jeu vidéo favori actuel : Elder scrolls online. Inutile de m’imaginer me transformer en gros véhicule militaire qui tire des canons, ce n’est pas vraiment ça. Enfin, mon personnage devient blindé, mais c’est tout. C’est-à-dire que mon job est de m’assurer que les ennemis ne s’intéressent qu’à moi et ignorent mes coéquipiers qui eux sont soit chargés de faire des dégâts, soit de soigner. Bref, mon but est de rester en vie tout en me prenant les coups.

Basiquement, ça ressemble à ça :

Screenshot_20200222_095632

Ce dimanche, j’ai passé une heure trente dans un donjon vétéran, c’est-à-dire dire très difficile. Autant vous dire que nous avons poussé un cri de joie lorsque nous avons vaincu le dernier boss. On a coopéré, on s’est adapté, on a adapté les compétences de nos personnages, on a râlé (on a été chouiner vers les joueurs qui connaissent mieux le donjon pour qu’ils nous donnent des conseils). C’est quelque chose que l’on fait tout le temps finalement.

Pourtant il est difficile de vanter cette expérience acquise dans la vie réelle. Je ne peux pas dire à un entretien d’embauche que ma coopération s’est travaillée sur des boss, ni que j’ai appris à appliquer des stratégies différentes et à avoir une grande faculté d’adaptation selon les situations.

Alors bien sûr que des petits malins vont s’empresser de dire « Oui mais si tu travailles dans le jeu vidéo, tu pourras mettre ces compétences en avant. » Sauf que je ne travaille pas dans ce domaine-là et il y a quand même de fortes chances que ce ne soit jamais le cas. Pourtant, je sais que j’apprends dans ces moments-là, que ça montre que je suis capable de penser groupe, que ça dévoile mes capacités à m’adapter et à réagir aux échecs. Parce que le donjon dont je parlais plus haut, on aurait très bien pu le quitter ou le mettre en normal, mais non, nous avons persisté jusqu’à réussir.

C’est un peu frustrant de se dire qu’on ne peut pas mettre ce genre d’activité en avant, de ne pas pouvoir dire qu’on a acquis telle compétence grâce à tel jeu. Alors que les donjons, les raids, ça fortifie aussi l’esprit d’équipe et que c’est quelque chose de souvent mis en avant dans les recherches d’emploi. De mon expérience, le fait de jouer est encore mal vu de façon générale, sans doute parce que les clichés véhiculés sont tenaces. Au mieux, on joue à Pokémon et on n’arrive pas à sortir de l’enfance. Au pire, on joue à Call of et on finira par massacrer des gens au fusil parce qu’on ne sait pas faire la différence entre le monde virtuel et réel. Je sais que cela peut sonner très cliché et pourtant ce sont des réactions encore actuelles.

Enfin, j’espère que je verrai le jour où l’on pourra mettre en avant ce que nous avons acquis grâce aux jeux vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.