Fantasy, Livres

La symphonie des siècles, intégrale 1 : Rhapsody – Elizabeth Haydon

Couverture La symphonie des siècles, tome 1 : Rhapsody

Résumé de l’éditeur

Tandis qu’elle fuit les hommes de Michael, un ancien amant devenu baron de la pègre, Rhapsody trouve de l’aide auprès de deux étranges personnages: Achmed le Serpent et Grunthor le géant Firbolg, eux-mêmes confrontés à une situation autrement périlleuse. Lorsqu’ils l’entraînent dans un voyage sans retour le long des racines de l’Arbre-Monde, Rhapsody se demande si elle n’a pas fait preuve d’un excès de confiance.

Mon avis

C’est en errant devant le rayon fantasy de la bibliothèque que ma collègue m’a conseillé de me mettre à la symphonie des siècles. Une petite série de fantasy sympa selon elle, même si pas forcément révolutionnaire. J’ai tenté de le coup après mes dernières déceptions de fantasy et je me suis laissée bercer par Rhapsody et ses talents de Barde.

Oui, oui, une Barde avec un grand B, je crois bien que c’est la première fois que j’en croise une qui est également capable d’une certaine magie grâce à sa classe. J’avais plutôt l’habitude de voir cela dans des parties de Donjons et Dragons, plus rarement dans des livres où les bardes ont la mauvaise réputation de mourir très vite. J’ai adoré voir les pouvoirs de Rhapsody en action, son lien avec la musique, la magie qui en découle, son don avec la parole. Bref, l’héroïne a tout pour me plaire, y compris un caractère affirmé qui ne se laisse pas faire.

On a également des protagonistes firbolgs, c’est assez rare pour le soulever, avec Achmed et Grunthor. Des êtres plutôt proches des hommes des cavernes dans cette série et non pas les créatures humanoïdes couvertes de fourrures que l’on a tendance à plus croiser en fantasy. Malgré leur caractère bourru (et très méfiant en ce qui concerne Achmed), ils deviennent très attachants. Pourtant, j’ai eu quelques difficultés à m’attacher à eux au départ, mais ils se sont vraiment révélés très intéressants au fil des pages. J’ai aussi beaucoup aimé le trio qu’ils forment avec Rhapsody. Leur relation est naturelle et crédible, chacun acceptant les défauts des autres.

Lorsqu’ils sont sous terre, j’étais prise par leurs péripéties. On ressent le froid, l’humidité, la fatigue. J’avais presque envie de rajouter des couches à ma couette, compatissant un peu trop pour nos héros. L’autrice décrit ses scènes d’une manière à ce qu’on se sente aux côtés de ses personnages, écrasés sous terre ou assistant à des scènes horribles, j’en ai eu le sang glacé.

Il y a hélas quelques défauts au sein de l’ouvrage, notamment des longueurs dans le milieu ayant pour but d’expliquer le contexte d’un nouveau monde. On trouve aussi quelques facilités, je pense au passage dans un feu qui rend plus beau, efface les cicatrices; même si on peut trouver une certaine logique à une renaissance tel un phénix, je suppose que c’est l’idée derrière cette scène. Un autre petit détail m’a fait tiquer, c’est la surreprésentation des blonds ! Enfin, rien de bien grave au final.

Bref, cet ouvrage a été une excellente surprise et j’ai déjà emprunté la suite, que je suis impatiente de lire ! Donc merci à ma collègue et ses bons conseils.

1 réflexion au sujet de “La symphonie des siècles, intégrale 1 : Rhapsody – Elizabeth Haydon”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *