Livres, Polar

Quantum – Patricia Cornwell

couv70642667

Résumé de l’éditeur

À la veille d’une mission spatiale top-secret, la capitaine Calli Chase détecte une alarme dans le tunnel d’un des centres de recherche de la NASA. Spécialiste en mécanique quantique et enquêtrice en cybercriminalité, Calli sait que l’approche imminente d’une tempête avec le shutdown décidé par le gouvernement créent des conditions idéales pour un sabotage.
Le danger dépasse toutes ses craintes. Des indices troublants indiquent que Carmé, sa sœur jumelle, portée disparue depuis plusieurs jours, est liée à cet incident. Alors que le compte à rebours est lancé, Calli prend conscience qu’en cas d’échec la catastrophe sera terrible pour le programme spatial et pour la sécurité de la nation tout entière.

Mon avis

C’était mauvais… Quoi? Faut que j’explique? Vraiment?

Au bout de 100 pages dans la tête de Calli, je n’avais toujours pas compris de quoi le livre parlait. Je sais bien que quand on parle de physique ou de mécanique quantique, ce n’est jamais compréhensible; mais je ne suis pas certaine que cela s’applique à un roman. Les pensées et les dialogues n’ont pas de sens et passent du coq à l’âne. Les tournures de phrases pour rendre l’action mystérieuse ne servent qu’à entretenir une confusion dont l’ouvrage n’a vraiment pas besoin. J’ai eu l’impression que rien n’était maîtrisé et que l’auteure prenait ses lecteurs pour des imbéciles avec son faux suspens. Mettre plus de 100 pages sur 400 pour dévoiler un élément de l’intrigue qu’on devine dès le départ et qui aurait dû apparaître dans les premiers chapitres, c’est simplement une moquerie. Ce n’est qu’après 200 pages qu’il y a enfin un événement intéressant et les conséquences de ce moment sont entrecoupées par des pensées nostalgiques ou descriptives, ainsi que par des flashbacks qui ne servent à rien au récit. Clairement, le livre aurait pu être amputé de moitié sans que cela n’endommage l’intrigue.

Quant aux personnages : tous des têtes à claques, tous. Ils sont désagréables, impossible d’avoir une quelconque sympathie pour eux. Mention spéciale à Calli qui ne trouve rien de mieux que de plonger sa collègue au sein de sa phobie parce que c’est comme ça qu’il faut faire, un point c’est tout. Même si je n’aime pas plus sa collègue, j’ai admiré sa patience, parce que Calli méritait clairement une claque et pourtant je suis loin de prôner la violence. Et dire que Calli se décrit comme une personne empathique et qui comprend la psychologie humaine…

Leurs relations manquent de profondeurs et de crédibilité, difficile de croire à leurs dialogues ou le fait qu’ils sont amis (ou alors on a de beaux exemples d’amitié toxiques). Même la relation entre Calli et sa jumelle ne prend pas, même si on peut noter une pointe d’originalité dans le fait qu’elles n’ont pas une relation fusionnelle toute belle avec des paillettes. Tout ceci est hélas gâché par le fait qu’elles soient de « wonderwomen » pas crédibles pour un sou avec moult diplômes, moult capacités incroyables et bien sûr en étant jolies.

En fait, j’ai l’impression d’être dans un mauvais épisode de Stargate SG-1, du côté des gens qui cherchent à la Porte des Étoiles avec pleins de trous dans le scénario. Sauf que là, je pardonne moins à un livre écrit en 2020 qu’à une série datant de la fin des années 90. Franchement, Teal’c serait apparu au coin d’un couloir, ça ne m’aurait pas surprise alors qu’il n’y a rien de SF dans ce livre. C’est dire le niveau de crédibilité du livre alors que l’on vante les deux ans de recherche de l’autrice pour se documenter. Peut-être aurait-il mieux valu miser sur la qualité des recherches que sur la durée. Et je préfère ne pas m’étaler sur les métaphores quantiques inutiles et parfois à côté de la plaque, c’est d’ailleurs bien le seul rapport qu’il y a avec la physique quantique dans ce livre.

Je ne sais pas ce que Patricia Cornwell a voulu faire avec ce livre, mais elle a clairement manqué son but, la fin ne sauve pas le roman et ne donne pas envie de lire la suite de la série. C’est le premier livre que je lis de cette autrice et je suis déçue. Je vais tenter un de ces anciens ouvrages pour comparer et voir si c’est son style qui ne me convient pas ou si Quantum est un ouvrage raté.

0 réflexion au sujet de “Quantum – Patricia Cornwell”

  1. Vraiment une grosse farce. Patricia Cornwell est décevante avec cette histoire. 85% du livre est complètement inutile….un livre a ne pas placer sur une tablette, mais bien pour quantifier un sac a poubelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *