Fantasy, Livres

Pour l’honneur de Patte-de-Bouc – Julien Noël

Couverture de Pour l'honneur de Patte-de-Bouc

Résumé de Pour l’honneur de Patte-de-Bouc

Un proverbe wallon dit : come on faît s’ lét, on s’ coûke. Comme on fait son lit, on se couche. En français, on récolte ce que l’on sème. Cette leçon, le sorcier Patte-de-Bouc peine à l’apprendre : la nuit d’ivresse et de maléfices que vous avez vécue ensemble, il y a un mois, lui vaut à présent une provocation en duel !

Sommé d’être son second, vous voilà embarqué dans une nouvelle aventure qui va mettre à rude épreuve et vos nerfs et votre science magique. Pour le débutant que vous êtes, c’est une nouvelle plongée dans des mystères qui vous glacent d’effroi, mais vous fascinent néanmoins.

La quête vous mène de haute en basse magie. D’abord les arcanes de la cabale, puis d’obscures recettes qui ont fleuri en marge du dogme catholique. C’est que, dans une ville ancienne, les siècles ont partout semé de dangereux artéfacts…

Pour l’honneur de Patte-de-Bouc est un roman à embranchements à découvrir dès 14 ans. En appendice, l’auteur vous livre ses Directives pour un nouveau manifeste fantastique, qui synthétisent ses idées sur la littérature.

Mon avis

[service-presse]

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions 3D pour m’avoir proposé ce service-presse…et aussi pour m’avoir confirmé que les livres-jeux ne sont vraiment pas ma tasse de thé.

Des descriptions vivantes

Mon désamour des livres-jeu n’ôte cependant rien à la qualité de celui-ci. J’ai notamment apprécié de ne pas me sentir perdue alors que je n’avais jamais lu les tomes précédents. J’ai honnêtement été plongée dans les descriptions, je n’avais aucun mal à visualiser les lieux et j’ai été très marquée en bien par le duel à la chandelle ! Le fait que l’histoire se passe en Wallonie change des lieux habituels des romans de fantasy « urbaine ».

On sent qu’il y a une vraie construction de l’univers, on est plongé dans les descriptions des différents sorts et autres créatures magiques. J’ai bien aimé l’alternance entre des termes populaires et d’autres plus spécifiques, l’auteur montre un vocabulaire très riche. Les personnages que l’on croise sont haut en couleur, j’ai beaucoup aimé la sorcière-juge au cache-œil.

Mon désamour des livres-jeu

J’aime les livres, j’aime les jeux (surtout vidéo), j’aime les RPG, bref Pour l’honneur de Patte-de-Bouc aurait tout eu pour me plaire. D’ailleurs, si cela avait été un simple roman, j’aurais beaucoup apprécié.

Mais voilà, devoir recommencer le livre au début ou à un point de sauvegarde, ça me fruste et ça m’agace. Sans compter que ma liseuse s’est montré assez peu coopérative avec les hyperliens dans le texte.  Je suis sans doute passée à côté d’une partie de l’expérience, mais bon, je n’ai pas d’affinité avec ce genre; tant pis pour moi.

Conclusion sur Pour l’honneur de Patte-de-Bouc

Comme je l’ai écrit, les livres-jeu et moi, ça fait deux. Cependant l’univers de Pour l’honneur de Patte-de-Bouc est bien construit, si je n’avais pas eu des choix à faire ou été agacée par mes échecs, j’aurais sans doute dévoré ce roman.

A mon humble avis, les amateurs d’aventures « dont vous êtes le héros » vont se régaler avec cet ouvrage.

Éditions aux 3D

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *