Jeunesse, Livres, Science-fiction

Phobos 2 – Victor Dixen

Couverture de Phobos 2

Résumé de Phobos 2

ILS CROYAIENT MAITRISER LEUR DESTIN.

Ils sont les douze pionniers du programme Genesis.
Ils pensaient avoir tiré un trait sur leurs vies d’avant, pour devenir les héros de la plus fabuleuse des odyssées.
En réalité, ils sont les victimes de la plus cruelle des machinations.

ELLE CROYAIT MAITRISER SES SENTIMENTS

Sur Mars, Léonor espérait trouver la gloire et, pourquoi pas, l’amour.
Elle pensait pouvoir ouvrir son cœur sans danger.
En réalité, elle a ouvert la boîte de Pandore du passé.

MEME SI LES SOUVENIRS TOURNENT AU SUPPLICE,
IL EST TROP TARD POUR OUBLIER.

Mon avis

Je continue donc ma lecture sur la série Phobos avec ce tome 2. J’avais beaucoup aimé le premier volume. Il va sans dire que j’étais impatiente d’enchaîner avec ce deuxième tome !

Les personnages

Tout d’abord, je tiens à réitérer mes félicitations à l’auteur pour Serena. Bon sang, qu’est-ce que j’adore la détester ! Certes, ses motivations peuvent sembler très basiques pour une antagoniste, mais les moyens qu’elle met en place pour les obtenir sont absolument terrifiants. Les vies humaines ne sont que des pions qu’elle est prête à sacrifier sans le moindre remords. J’avoue espérer qu’elle paie très cher ses actions dans les futurs tomes.

D’ailleurs en parlant de personnages que Serena est prête à sacrifier, j’ai une hypothèse sur sa chère fille Harmony. J’ai l’intuition qu’elle est un clone depuis sa première apparition. Alors pourquoi Serena aurait besoin d’un clone ? Aucune idée, mais je pense que la réponse sera glaçante.

En ce qui concerne nos pionniers martiens, j’apprécie toujours autant Léonor. Elle me semble être un peu la seule à comprendre ce qui se passe, à quel point Serena les manipule. On voit moins la Salamandre, mais ses remarques sont toujours aussi invasives; reste à voir qui de Léonor ou de la Salamandre aura raison. Il y a cependant une chose que je reproche à notre héroïne : pourquoi Marcus?

Non vraiment, ce type est un drama king en puissance. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai roulé des yeux devant son côté mélodramatique…voire très crétin. Léo, tu mérites mieux que ce pseudo émo que je trouve faussement sincère. Je me demande même si la grande révélation à son sujet n’est pas du chiqué. Je pense que d’autres lecteurs doivent le trouver très romantique, mais je dois être un peu trop vieille pour ne pas trouver ses réactions malsaines.

Et ce n’est pas le seul homme de l’équipe qui me pose problème. Alexeï a des réactions détestables avec sa jalousie mal placée. Heureusement que Safia le remet en place sur la fin. Je peux d’ailleurs ranger cette dernière avec les rares membres qui ont la tête sur les épaules avec Léonor et Samson. Je trouve d’ailleurs qu’on ne le voit pas assez, j’espère qu’il aura plus d’apparitions dans les prochains tomes.

L’intrigue

Bon, je l’avoue, j’ai écouté la symphonie du Nouveau Monde lorsqu’ils arrivent sur Mars. C’est le gros morceau de Phobos 2 : l’installation sur la planète rouge. J’ai beaucoup apprécié la présence des schémas pour visualiser la colonie et sa disposition. C’est aussi agréable de voir tout ce qui est doit fait ou pensé pour que les pionniers puissent survivre. Je n’ai pu m’empêcher d’avoir un sourire de satisfaction lors de la partie des enchères et de voir comment ils ont réussi à bloquer le jeu de Serena. On voit qu’ils tentent de faire front commun contre elle, mais les frictions rendent la chose difficile.

Sur Terre, on voit la montée de Serena au pouvoir. Je ne sais pas pourquoi, mais je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle avec Musk. Des personnalités vénérées… jusqu’à ce qu’on creuse et qu’on découvre une couche de crasse. Dixen retranscrit de façon presque trop réaliste ce culte de la personnalité, à tel point que je n’ai aucune peine à imaginer que cela pourrait totalement se produire dans notre monde. Que ce soit la ferveur envers les pionniers ou Serena, je ne peux m’empêcher de frissonner. Heureusement que deux grains de sable sont prêts à déranger la machine.

J’ai eu quelques peines avec le rythme de Phobos 2. Les coupures entre les différentes intrigues sont un peu trop nombreuses, il faut se rappeler ce qui s’est passé quelques chapitres plus tôt. Au final, c’est une gymnastique mentale qui est un brin agaçante.

Conclusion sur Phobos 2

Ce deuxième volume s’est avéré être moins prenant que le premier. La faute à la multiplication des coupures dans les intrigues et à des personnages masculins qui m’ont beaucoup exaspérée. Cependant, l’histoire est toujours aussi addictive et Victor Dixen sait comment nous donner envie de lire la suite.

Autant vous dire tout de suite que j’espère mettre rapidement la main sur le tome 3, je ne peux pas rester avec toutes ces questions en suspens !

1 réflexion au sujet de “Phobos 2 – Victor Dixen”

  1. Phobos est une saga que j’adore lire et relire pour son univers et le style addictif de Victor Dixen.
    J’espère que les prochains tomes te raviront autant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *