Jeunesse, Livres, Science-fiction

Phobos 1 – Victor Dixen

Couverture de Phobos 1

Résumé de Phobos

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Mon avis

Je continue ma découverte de Victor Dixen avec sa série phare Phobos. Il était vraiment temps que je m’y mette, cela fait des années que ces livres m’attirent l’œil et je n’avais jamais osé les emprunter jusque-là. Et encore une fois, ce fut une erreur d’attendre aussi longtemps.

Une salamandre dans l’espace

L’histoire se concentre principalement sur Léonor, l’envoyée française à la chevelure de feu. Comme à son habitude, Dixen maîtrise ses héroïnes. Dessinatrice au fort caractère, elle décide de jouer avec ses propres règles, s’adaptant à celles imposées par Genesis. Et dès les premières pages, je l’ai adorée, déjà parce qu’elle porte le même prénom qu’une de mes amies et aussi parce qu’elle est intelligente, rationnelle et assez badass.

J’ai trouvé le traitement de la Salamandre assez intéressant, la petite voix dans sa tête pourrait s’approcher d’une bonne description d’un trouble dissociatif de l’identité sans pour autant tomber dans les descriptions clichées habituelles. On sent qu’elle est plus qu’une simple voix inconfortable dans son esprit, on est presque aussi mal à l’aise que Léonor quand elle apparaît. Alors oui, on comprend les réactions de la jeune femme lorsque ses camarades risquent de la découvrir.

Un huit-clos en plusieurs endroits

Dixen ne se contente pas de nous enfermer avec Léonor et les autres candidates, on suit également ce qui se passe dans les coulisses de l’émission. Je dois avouer que cela fait froid dans le dos à certains moments. On est parfois oppressé par ces salles blanches, ces messes basses.

Je dois tirer mon chapeau à l’auteur pour le personnage de Serena. Je la trouve absolument glaçante et terriblement maligne, ses compétences en manipulation ne laisse personne indemne. Je crois que j’adore la détester.

Conclusion sur Phobos

Bon, à certains moments, je pourrais reproche le côté mannequin et superficiel des autres candidates. Mais j’ai rapidement compris que les choix de ces personnes étaient fait pour le public, soigneusement sélectionnés par notre chère Serena. Cette dernière est là pour vendre du rêve et des larmes, le corps parfait des candidats n’est que la première étape.

Une fois passé cela, l’histoire est très prenante, c’était difficile de reposer le livre. Et cette fin, le face à face à distance entre Léonor et Serena est excellent, on sent qu’elles sont au même niveau. On sent le stress des secondes, des minutes qui s’écoulent.

Bref, je ne peux que vous conseiller de plonger dans cet univers.

Retrouvez Phobos sur le site de l’écrivain

1 réflexion au sujet de “Phobos 1 – Victor Dixen”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *