Chroniques, Livres

Oublier Gabriel – Karine Yoakim Pasquier

Oublier Gabriel par Yoakim-Pasquier

Résumé d’Oublier Gabriel

Vevey, Suisse, 2001. Louise rentre au lycée où elle rencontre Gabriel. On la retrouve aujourd’hui, alors qu’elle s’est « dépossédée » de la Suisse. En étude à Milan, elle apprend que sa meilleure amie va se marier. Le texte se construit sur le ressouvenir de la génération qui était au lycée durant le 11 septembre. Entre aujourd’hui et avant, les chapitres s’enchaînent pour dérouler une intrigue aussi haletante que tragique.
Elle avait dix-sept ans. Il en avait presque dix-huit. « Ils étaient aussi âgés que l’Univers ». D’amours adolescentes en agression xénophobe, et d’affrontement en bande, on remonte le temps pour comprendre le fil des événements : un chalet de sous-officiers brûle, un meurtre, un suicide, en lien direct avec le mariage.
On réalise, au fil des pages, que le micro événement comprend l’entier des problèmes du monde social, et que la conscience morale n’accepte pas l’oubli.

Mon avis

Je suis un peu émue d’écrire cette chronique, il se trouve que Karine est une amie depuis plusieurs années et je me souviens encore de la première fois où elle m’a parlé d’Oublier Gabriel dans son appartement au cœur de Morges, sans doute après une soirée de la boîte où nous étions alors collègues. Aujourd’hui, je fais la chronique de son roman, publié chez Torticolis et Frères.

Oublier Gabriel n’est à la base pas du tout mon genre de littérature, pourtant je n’ai pas vu défiler les pages, plongée au sein de la Riviera vaudoise et dans l’histoire de cette bande d’ami dans lesquels je pouvais reconnaître l’adolescente que j’étais sur certains points. J’étais curieuse et impatiente de savoir ce qui c’était passé, pourquoi Louise avait fui pendant toutes ces années. Je l’ai dévoré, mais bon sang que la fin était frustrante! Seule chose que je n’ai pas aimée : la couverture, mais bon chacun ses goûts. Je ricane encore un peu à cause de cette histoire de Mario Kart (toujours demander à ses amis geek ce genre de détail)

Conclusion sur Oublier Gabriel

Une lecture prenante, que je conseille et je ne le dis pas uniquement parce que c’est une de mes amies. Son écriture est prenante et fluide, elle sait très bien manier la frustration de ses lecteurs, en tout cas la mienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.