Historique, Livres, Thriller

L’héritage des Cathares- Hervé Gagnon

couv50677555

Résumé de l’éditeur

Dès sa naissance, en l’an 1185, le fils du seigneur de Rossal est différent des autres. Entré en ce monde le visage voilé, le jeune Gondemar ne vivra que parce que la succession de la seigneurie l’exige. Objet de la méfiance superstitieuse des serfs, il trouvera refuge auprès du père Prelou et de Pernelle, sa seule amie. Mais Gondemar n’est pas né pour le bonheur. La solitude doit être son lot.

L’année de ses quatorze ans, Gondemar fait la connaissance de Bertrand de Montbard, templier défroqué, engagé comme maître d’armes afin de protéger Rossal. Avec le temps, l’adolescent verra en Montbard le père puissant qu’il n’a jamais eu. Après un entraînement qui frise la cruauté, le futur seigneur devient un guerrier redoutable. Jusqu’au jour où il est assassiné.

Ironiquement, c’est à cet instant que s’amorce la vraie destinée de Gondemar de Rossal. Ramené d’entre les morts après un séjour en enfer, il a désormais pour mission de protéger la Vérité, dont il ne connaît ni la nature ni l’emplacement. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il doit suivre la route du Sud et qu’il doit mener cette quête afin de trouver le salut de son âme. Sur son chemin, cathares, templiers et croisés se succèderont.

Et cette Vérité qu’il doit sauvegarder lui dévoilera un pan méconnu de l’histoire.

Mon avis

Par où commencer ? Ce livre est un tel condensé de clichés sur le Moyen Âge que j’ai soupiré un nombre incalculable de fois. Je veux bien être bon public, mais il y a quand même des limites. J’en profite pour faire un peu de pub pour la chaîne Histoire appliquée qui m’a ouvert les yeux sur certaines pratiques.

Donc le premier point qui m’a fait lever les yeux au ciel n’est autre qu’un énième personnage féminin abusé encore et toujours. Évidemment, il faut rendre la situation plus glauque en lui faisant subir cela en public et alors qu’elle est à peine adolescente. Sincèrement, j’en ai plus qu’assez de toujours lire ce type d’histoire. La vie au Moyen Âge est sans doute assez difficile sans que l’on soit obligé de rajouter ça; sans compter le manque flagrant originalité.

Le personnage principal est tout simplement imbuvable. Je sais que c’était le but de le rendre détestable vu qu’il doit avoir une rédemption ou je ne sais quoi dans le genre; mais je n’ai jamais réussi à avoir la moindre empathie pour lui. Encore moins à trouver son histoire crédible et tangible.

Comme je l’ai dit au début, c’est un livre rempli de clichés sur le Moyen Âge (comme quoi avoir une formation d’historien n’évite pas les écueils). En commençant par l’épée hyper ultra lourde portée par des hommes virils afin de bien montrer qu’ils sont des hommes virils. Sauf que non, les épées lourdes se trouvent être une idée totalement farfelue et sans aucune efficacité en combat. Histoire appliquée explique bien mieux que moi le poids réel de ces épées. Et ça continue avec un endroit gris, sale, de la boue et des bouseux; alors que les habitants du Moyen Âge n’étaient pas aussi sales qu’on le croit.

J’avoue que si je n’avais pas découvert Histoire appliquée quelques temps avant la lecture de ce livre, mon regard aurait sans doute été moins critique sur ces points-là. Je vous invite à regarder sa playlist sur la Réserve – Histoire matérielle dans la culture populaire.

Inutile de préciser que je ne suis pas allée au bout de ce livre, mais que j’ai lu la révélation de la « Vérité » et que j’ai ri, impossible à prendre au sérieux. Bref, un livre oubliable.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *