Livres, Thriller

Les sept chapitres – Katell Curcio

Couverture des sept chapitres

Résumé des sept chapitres

Arrivé sur l’île d’Oléron vingt ans plus tôt, Vincent Paune mène une vie paisible et sans histoire. Mais sa vie bascule un soir d’octobre : il se réveille mal en point et désorienté. L’affolement s’empare de lui lorsqu’il découvre son buste recouvert de tatouages ; ces derniers représentent différents lieux et monuments de l’île.

Il se lance alors dans une quête de vérité et se confronte à un ennemi invisible. Au cœur d’une intrigue qui le dépasse, il devra apprendre à regarder au-delà des apparences.

Mon avis

[service-presse]

Merci à Katell Curcio pour sa confiance renouvelée. Cette fois-ci, nous voilà partis sur Oléron pour résoudre le mystère qui entoure Vincent Paune.

Comme pour Ils n’auraient pas dû, on retrouve une écriture efficace dans laquelle je me suis replongée avec plaisir. Impossible de lâcher une fois que le roman commencé. Je me suis demandée dans quel guêpier Vincent s’était fourré, qu’avait-il fait pour se retrouver avec tous ces tatouages ?

Katell ne traîne pas en fioriture et longueurs inutiles, ça va vite et c’est quelque chose que j’apprécie beaucoup. En plus, dans les sept chapitres, on fait du tourisme et j’ai très envie d’aller visiter l’île d’Oléron maintenant.

L’enquête se révèle plutôt originale, bien qu’elle m’ait laissée un peu dubitative quand j’ai compris le pourquoi du comment. Mais en y réfléchissant, je me suis dit que ça pourrait totalement arriver dans la vrai vie, ce ne serait pas surprenant au final. N’oublions pas que l’être humain est tordu.

Au niveau des personnages, ils sont absolument et totalement lambdas; ce qui n’est pas une mauvaise chose dans ce roman. Comme le livre est assez court, on n’a pas vraiment le temps de s’y attacher; par contre l’antagoniste est vraiment détestable. J’ai apprécié d’avoir un épilogue à la fin, on n’est pas laissé dans l’inconnu de ce qui leur arrive.

Conclusion sur Les sept chapitres

Pour une fois, j’avais deviné ce qui se passait, mais cela n’a en aucun cas dérangé ma lecture. J’ai juste un peu tiqué quand j’ai lu que les tatouages au dermographe étaient sans douleur. Je n’ai cependant pas boudé mon plaisir de me replonger dans un livre de Katell Curcio. Un livre qui parle de tatouages mystérieux ne pouvait que me plaire, merci encore pour la confiance !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *