Fantasy, Livres

La symphonie des siècles 3-6 – Elizabeth Haydon

Couverture du tome 3 de la Symphonie des siècle

Résumé du tome 3

Grâce au travail de Rhapsody et de ses compagnons, les terres bolgs s’affirment à présent comme une puissance politique que ses voisins ne peuvent plus ignorer. Rhapsody se lance dans un périple qui la conduira à la rencontre d’Elynsynos, un dragon vieux de plusieurs milliers d’années. Mais le chemin qui l’en sépare est long, surtout avec un inconnu aussi imprévisible qu’Ashe. Pendant ce temps, Achmed et Grunthor partent explorer la crypte de Gwilliam et y découvrent la Matriarche, une vieille Dhracienne charismatique chargée de protéger le dernier Enfant Endormi, que le F’dor cherche à anéantir. Dans leur lutte contre cet ennemi millénaire, de terribles révélations attendent les trois compagnons, les rapprochant inexorablement de l’accomplissement de la prophétie…

Mon avis sur les tome 3 à 6

Vous trouverez mon avis sur les tomes 1-2 (recoupés en intégrale) par ici

Je préviens, ça risque de spoiler un peu.

Comment décrire le voyage qu’a été cette symphonie des siècles? En voilà un roman tombé un peu par hasard dans mes mains et qui a su me captiver, malgré les quelques défauts de rythme. Je réitère mes remerciements à la collègue qui me l’a conseillé, je pense que je serais totalement passée à côté.

La force principale de la saga réside dans son trio de protagonistes : une Barde et deux firbolgs. On a déjà vu plus épiques comme héros que cette classe qui meure d’habitude tout le temps et ces monstres couverts de fourrure; c’est justement là que réside le charme de la série. Autant dire que je me suis beaucoup attachée à leur trio et à leurs interactions. Je les ai quittés avec un gros pincement au cœur lorsque j’ai refermé le dernier tome. L’alchimie entre Rhapsody, Grunthor et Achmed est tellement forte, tellement crédible. J’ai vraiment trouvé que c’était le point fort au niveau de l’écriture.

Évidemment, les membres du trio sont loin d’être parfaits, mais c’est ce qui fait leur charme. Rhapsody est certes belle, talentueuse et pleine de bonne volonté. Mais elle se ment beaucoup à elle-même alors que son don de Barde est lié à la vérité, ce qui est très ironique. C’est d’ailleurs amusant que les autres personnages le lui fassent remarquer, mais qu’elle s’entête à ne pas les écouter. Achmed se montre toujours aussi manipulateur et distant, cependant il est parvenu à me faire sourire avec ses remarques acerbes. Il se sait détestable et il en profite. J’avoue avoir un petit « soft spot » pour lui. Quant à l’inénarrable Grunthor, son grand cœur rattrape ses goûts douteux en matière de chansons et de remarques. C’est un personnage que j’ai toujours pris plaisir à revoir, au point que j’avais presqu’envie d’avoir un Grunthor à la maison.

Cependant, la symphonie des siècles possède un erreur de casting : Ashe. Bon, mon avis peut paraître sévère, je sais. Mais on parle d’un personnage qui ne montre son utilité que lors de la dernière partie du livre. Le reste de son temps de présence consiste à avoir une romance niaise avec Rhapsody. Romance qui casse le rythme dans le tome 4. Elle prend une grande part du livre et nous révèle un twist qu’on avait deviné 200 pages plus tôt. Et je la trouve plan plan, je crois que j’aurais apprécié que l’autre romance sous entendue se fasse, je la trouvais plus intéressante.

Heureusement, le rythme revient avec le tome 5, mais mon désintérêt pour Ashe reste marqué jusqu’au milieu du tome 6 environ. Je ne vais pas détailler plus, mais j’ai aimé voir ce dont il était réellement capable. Pourquoi ça a pris aussi longtemps? C’est vraiment révélateur du plus gros souci de la symphonie des siècles : le rythme inégal. Certaines pages se dévorent tandis que d’autres m’ont parues longues, trop longues. Autre léger point noir de la saga : le fait que la plupart des hommes désirent Rhapsody. Les descriptions de ce genre de scènes montrent que le livre a plus de 20 ans. En soi, ces défauts ne m’ont pas empêchée de profiter de ma lecture.

Alors que dire sur cette symphonie des siècles au final? Hormis qu’elle porte bien son nom évidemment. Je dirais que c’est une saga à découvrir parce que les personnages principaux sont attachants et originaux, parce que l’histoire est prenante. Je trouve que c’est une fresque de fantasy méconnue, je ne ne peux donc que vous conseillez de foncer la lire!

Retrouvez Rhapsody sur le site de son éditeur J’ai lu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *