Livres, Polar

Ils n’auraient pas dû – Katell Curcio

Couverture Ils n'auraient pas dû

Réalisé dans le cadre d’un service-presse

Résumé

Le même jour, cinq amis disparaissent…

Tous ont laissé une lettre à leur famille respective dans laquelle ils évoquent une absence d’un an. Quel évènement a pu provoquer ce départ si soudain ?

Sans aucune nouvelle, leurs proches s’inquiètent. Mais dix-huit mois plus tard, l’un d’eux réapparaît, victime d’amnésie dissociative. Le détective chargé de l’affaire va se confronter à une personnalité énigmatique.

Quelle est la part de vérité ? Que sont devenus les autres ?

Ce quatrième roman de Katell Curcio vous plonge dans une histoire où les instincts les plus noirs se dissimulent derrière les apparences les plus anodines.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’autrice de m’avoir contactée et également de sa confiance.

Ils n’auraient pas dû possède une écriture efficace. L’alternance entre les points de vue et les temporalités donne envie d’en savoir, je n’ai pas vu les pages défiler. Comme d’habitude lorsque je lis un policier, je me fais toujours avoir sur le coupable. Bon, là j’étais quand même parvenue à me dire que l’apparente résolution était trop facile, que quelque chose se cachait là-derrière. Je sentais que l’autrice s’était « amusée » à nous amener dans la mauvaise direction, dans de mauvaises réflexions. L’histoire m’a tenue en haleine tout le long. Les scènes de poursuite sont nerveuse et stressantes à souhait, même si on se doute de l’issue de la plupart d’entre elles.

Un des petits reproches que j’ai est le manque de profondeur de certains personnages, ce qui fait que je ne me suis pas attachée à un grand nombre d’entre eux. J’ai cependant beaucoup apprécié Olivia, j’avoue que ce type de personnage me parle souvent. J’ai bien aimé sa relation touchante avec la vieille Josette. Par contre le reste de la bande d’Olivia m’a laissée assez indifférente, j’ai même vite été agacée par Lucas notamment.

Jules, un des détectives, s’est révélé attachant, son histoire m’a touchée. J’ai peut-être même eu une petite larmichette sur la fin.

Ils n’auraient pas dû est un polar efficace, haletant. Un vrai page-turner. Que vous soyez amateurs ou non du genre, je ne peux que vous conseillez de le lire.

 

Retrouvez le livre chez son éditeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *