Livres, Polar

Braqcoeur(s) – Emily Audrin

Couverture de Braqcoeur(s)

Résumé de Braqcoeur(s)

[service-presse]

À New York, un drame vient d’arriver. En direction de Lexington Avenue, toutes sirènes hurlantes, le commissaire ne perd pas une seconde. À ses côtés, l’inspectrice Brett Jamson se cramponne comme elle le peut.

Est-ce une simple histoire de braquage ?
Tandis qu’on quadrille le périmètre, la jeune femme s’apprête à prendre, sans le savoir, le plus gros virage de son existence.

La vie presque ordinaire de Brett oscille entre des parents psychorigides, une sœur envahissante, des amis antagonistes et une carrière controversée avec lesquels elle va devoir jongler ! Face à elle, une succession de choix et de désarrois vont mettre à mal toutes ses convictions…

Mon avis

Tout d’abord, merci à Emily de m’avoir proposé son roman via la plateforme SimplementPro. Encore une fois, me voilà sortie de ma zone de confort pour me retrouver avec l’inspectrice Brett Jamson au cœur de New-York.

Braqcoeur(s) se lit assez rapidement, la plume est fluide et agréable, malgré quelques erreurs de mise en page.  Au départ, j’ai pensé que l’histoire se serait téléphonée parce qu’il me semblait avoir compris tout ce qui se passait, j’ai été trop orgueilleuse et je me suis faite avoir; même s’il y a quelques points que l’on devine rapidement. Heureusement, ces points rajoutent du piment à la situation et l’autrice nous évite des chassé-croisé inutiles.

J’ai beaucoup apprécié les personnages de Brett, Izy et Jane. Et j’ai été très emballé par la force de caractère de Brett face à ses parents, qui lui ont tracé une voie qu’elle a refusé de suivre; elle semble presque être un roc. Pourtant, elle parvient à évoluer au point de m’avoir étonnée dans ses choix.

Un des points qui m’avaient poussée à accepter le service-presse de Braqcoeur(s) était la promesse d’une romance LGBT. Sans trop en dire, elle était bien menée avec plusieurs scènes où l’on ressentait le courant qui passait entre les deux protagonistes. C’était bien écrit sans virer dans le trop malsain qu’on peut trouver dans ce genre de romance (oui la new-romance, c’est de toi et tes couples toxiques dont je parle).

Conclusion sur Bracquoeur(s)

Encore une fois, je remercie l’autrice de m’avoir proposé son roman sur lequel j’ai passé un bon moment. Si vous aimez les polars, la romance et le trop d’ennemi à amant, foncez!

Retrouvez Braqcoeur(s) sur le site de l’autrice ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.