Fantasy, Livres

Equivalens : À l’aube du déluge – Valentin Auwercx

Couverture A l'aube du déluge

Résumé d’à l’aube du Déluge

Les 7 Visages se préparent à accueillir un nouveau fléau : le Déluge, une arme naturelle créée par le monde pour se débarrasser des Hommes. Mais alors que la menace se profile, un monstre s’échappe de sa prison, un autre est libéré, et des serments sont brisés. Au sein des ténèbres, nombreux sont les rois et héritiers désireux de briller, quitte à rompre la loi fondamentale de l’Equivalens…

Mon avis

[service-presse]

Tout d’abord, je tiens à remercier Valentin Auwercx de m’avoir contactée pour un service-presse. Je me suis donc plongée à la découverte de l’univers d’Equivalens.

Une histoire prometteuse

Je ne vais pas maintenir le suspens très longtemps : j’ai beaucoup aimé ce premier volume. On entre rapidement dans un univers fantasy intéressant avec des zones d’ombres qui sont intrigantes sans gâcher la compréhension du récit. Certaines questions trouvent réponse dans ce volume, mais pour d’autres, il faudra patienter. Autant dire que j’attends déjà le volume 2 avec impatience !

Il y a bien un petit défaut qui a perduré durant la lecture : il reste quelques fautes dans A l’aube du Déluge, je pense notamment à la confusion entre « raisonner » et « résonner », cela m’a fait buter à plusieurs reprises. Une relecture de correction ne serait pas de trop. Mais en soi, ce n’est pas grave, je suis parfois un brin maniaque.

Ce détail est vite oublié lorsqu’on se laisse prendre par les différentes trames, les endroits divers et variés, les personnages hauts en couleur. Je ne vais pas trop en dévoiler, mais j’ai trouvé le traitement des deux-visages bien amené. Les différents peuples montre une certaine diversité et j’avoue être fascinée par les Invi.

Des protagonistes attachants

Pour une fois, je suis parvenue à apprécier un personnage enfant, Mélibée. J’ai apprécié ses interrogations, son évolution. J’oserais presque dire qu’elle est trop chou. C’est assez rare que je m’attache autant à une enfant, il est important de le souligner.

Mon autre personnage coup de cœur apparaît tardivement dans le récit, il s’agit de Lips, barde et diffuseuse de sarcasmes. Vu mon amour pour les musiciens, je n’ai pu que l’apprécier dès qu’elle est apparue. J’espère qu’elle aura encore un rôle important à jouer dans la suite (SVP Monsieur l’auteur, ne la tuez pas).

Les autres personnages ne sont pas en reste, notamment avec l’Ours et le Corbeau. Ce dernier recèle encore beaucoup de mystères à mon avis, j’avoue également avoir mis un peu de temps avant de l’apprécier. Mais il se révèle de plus en plus intéressant au fil des pages.

Conclusion sur A l’aube du déluge

Que dire d’autre à part que c’est une excellente surprise ? J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture, maintenant je vais devoir ronger mon frein en attendant le tome 2.

Site de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *